Saint-Malo prend des mesures face aux locations de courte durée

C’est à cause de la multiplication du nombre de locations de courte durée dans la ville de Saint-Malo, que le conseil municipal de la ville a imposé certaines nouvelles règles, pour solutionner le problème engendré par la célèbre plateforme de locations meublés. Mais quelles sont les mesures prises par la ville de Saint-Malo ?

Le constat du manque de location pour l’habitation

Cette célèbre ville de Bretagne en 2018, en était arrivée à un point ou 2/3 des locations de courte durée étaient proposées par une célèbre plateforme de location de courte durée. L’objectif de la municipalité n’étant pas de partir à l’affrontement avec celle-ci, car la demande est là et la célèbre plateforme arrive à y répondre, au détriment des autres solutions d’hébergements traditionnels de type hôtel.

Lors de vos déplacements de courte durée, lorsque vous réservez votre hôtel appartement, vous n’occupez pas un bien immobilier destiné à l’habitation et pouvant être proposé à la location pour une famille à long terme.

Car le problème de cette célèbre plateforme de location, réside sur les conséquences de ces locations courtes. De multiples logements se voient exclus du marché locatif réservé à l’habitation dans la ville de Saint-Malo, ce qui entraîne la hausse du prix des locations.

Ainsi, dans certains quartiers les prix sont si élevés, que la location en devient inaccessible aux familles modestes ou aux jeunes qui débutent dans la vie active. Outre les problèmes financiers, ce sont également les nuisances sonores engendrées par les occupants temporaires de ces locations, qui posent problèmes.

Les mesures prises par la mairie de Saint-Malo

La solution qu’a prise la mairie de Saint-Malo, pour résoudre son problème, est qu’à compter du 1er janvier 2020, les gens qui envisagent de louer un bien meublé de façon régulière et sur des durées courtes, devront faire une demande d’autorisation particulière auprès de la mairie. Cette demande concernera toutes les résidences secondaires et pour les résidences principales, cela ne concernera que les gens qui louent leur bien pendant un total cumulé de 120 jours par an.

Cette autorisation de louer pour de courtes durées sera valable pendant trois ans et sera indispensable à partir du 1er janvier de l’année prochaine. En cas de locations de courtes durées sans avoir fait de demande auprès de la mairie, il en coûtera une amende pouvant aller jusqu’à 50000 euros. Certaines règles devront être respectées afin d’obtenir cette fameuse autorisation, comme le respect des règles de propriétés, pour le bien-être du voisinage.



LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers sujets

Comment réserver un hôtel sur Booking ?

A ce jour, Booking est la plus grande plateforme en ligne de réservation d’hôtels au monde. Elle compte plus...

Croisière en Méditerranée : un boom de la demande ?

On rêve tous d'une croisière sur la mer Méditerranée, surtout après deux mois de confinement et une reprise plus ou moins difficile. Bien que...

Vacances d’été 2020 : le succès du tourisme local

86 % des Français (75 % en 2019) vont passer leurs vacances d'été... en France. D'après un sondage, la moitié d'entre eux estiment que...

Peut-on voyager en outre-mer avec une carte d’identité périmée ?

Les départements ultramarins font techniquement partie du sol français. Bien qu'on n'ait pas besoin d'une carte d'identité pour voyager de région en région au...

3 destinations francophones qui dépaysent vraiment

D'après l'Organisation Internationale de la Francophonie, près de 274 millions de personnes parlent le français dans le monde. C'est également la deuxième langue la...

Plus d'articles ?